Soutenir des associations

Préverser la biodiversité et les chimpanzés

Tanzanie
Restaurer l'habitat naturel des chimpanzés du parc national de Gombe

Préverser la biodiversité et les chimpanzés

Porteur du projet

Durée du partenariat
2021-2022

Situation
Tanzanie

Partager ce projet

Le projet et ses enjeux

En 50 ans, 70% des grands singes ont disparu en raison de la déforestation, elle-même générée par les conversions d’usage des sols pour l’agriculture, le pâturage, mais aussi les activités minières… En Tanzanie, le parc national de Gombe, bien que le plus petit du pays, abrite une biodiversité exceptionnelle, avec de nombreuses espèces menacées comme les chimpanzés, les pangolins à petites écailles, ou encore les éléphants. Cette richesse faunistique et floristique est menacée par la pression exercée sur ces ressources et la fragmentation de leur habitat, d’où l’urgence de faire cohabiter harmonieusement les hommes et leur environnement via des pratiques durables.

Le projet Gombe se déploie ainsi sur ces deux axes :

  • Des recherches exceptionnelles dans le centre de « Gombe Stream »

La plus longue étude sur les primates sauvages du monde, des communautés de chimpanzés initialement étudiés par Jane Goodall aux descendants actuels. La recherche à Gombe continue de fournir des applications anthropologiques et médicales humaines dynamiques et singulières.

Les recherches sur les chimpanzés se concentrent sur les histoires de vie, qui retracent les individus, leurs communautés et leurs familles à travers le temps et les circonstances. C’est « l’approche Jane Goodall » reconnue par les scientifiques, menée à ce jour au Gombe Stream Research Center dirigé par le Dr Deus C Mjungu.

  • Un programme de conservation et de développement fondé sur les populations locales nommé « TACARE » :

C’est à Gombe que Jane Goodall a créé le programme TACARE, un projet phare de conservation et de développement qui vise à répondre aux défis locaux de développement économique et durable, tout en reforestant les zones précédemment détruites par l’agriculture non durable. TACARE met en place une approche de la conservation naturelle centrée sur les communautés (CCC), répondant efficacement à leurs besoins, tout en préservant leur environnement.

TACARE se divise en cinq axes de projet: le développement communautaire, la reforestation (avec l’édification d’un corridor écologique), l’agriculture, la santé, et Roots &Shoots, le grand programme phare d’éducation environnementale de l’IJG aujourd’hui déployé sur 5 continents !

Grâce aux fonds de l’ARRONDI en caisse, l’Institut pourra planter des centaines de milliers d’arbres pour restaurer l’habitat des chimpanzés. Des centaines d’arbres seront aussi planter en France via les Roots&Shoots pour sensibiliser les enfants (et les adultes!) aux enjeux de la préservation de notre environnement !

Les bénéficiaires du projet

Le projet est mis en place pour et par les populations locales vivant aux alentours du parc national Gombe. Le parc abrite une biodiversité exceptionnelle : plus de 84 chimpanzés y ont été étudiés par des primatologues, ethologues et autres chercheurs, ainsi que 217 babouins. Près de 500 chimpanzés au total sont protégés via la préservation du parc national. 

Enfin, le centre de recherche attire des chercheurs venus du monde entier. Plus de 250 chercheurs ont mené des études à Gombe, y compris des chercheurs de Tanzanie, avec des générations de mentorés sur leurs traces. 

Les + du projet

Le parc national de Gombe se situe en Tanzanie, en Afrique de l’Est. C’est l’endroit où le travail du Dr. Jane Goodall et de son institut ont démarré en 1960 : un lieu emblématique et symbolique, le cœur du réseau Jane Goodall Institute. Le parc est reconnu comme réserve de biosphère de l’UNESCO depuis 2018.

Le projet « Gombe » fête en 2020 ses 60 ans, 60 années de recherches de terrain, mais aussi de développement d’un programme de conservation mettant les communautés locales au cœur de la stratégie. 

« Chacun d’entre nous est important, chacun d’entre nous a un rôle à jouer, chacun d’entre nous fait la différence. »

« Grâce au soutien de la Fondation Maisons du Monde, [les enfants impliqués dans les Roots & Shoots] pourront planter  à partir de janvier 2021 1,2 millions d’arbres en Tanzanie et 12 000 en France. Certains de ces jeunes sont assurément les leaders de demain »

Porteur du projet